Blog - ECHO in the field

La survie d’un bébé, signe d’espoir pour tout un pays

La survie d'un bébé, signe d’espoir pour tout un pays

Dieudonné mangeant du Plumpy Nut

23/10/2012 – Dr Sow Moussa Alfousseyni est actuellement le Coordinateur Médical et Nutritionnel pour Action Contre la Faim en Côte d’Ivoire. Au cours de sa première mission dans le pays en 2011, il a été le témoin de  l’éclatement de violence post-électorale où 3.000 personnes ont perdu la vie pendant les 6 mois d’instabilité à Abidjan et à l’ouest du pays. C’est dans ce contexte que Dr. Sow s’est trouvé en charge du programme de prise en charge des enfants souffrant de Malnutrition Aigue Sévère. Ce programme financé par les fonds d’ECHO, visait à protéger les enfants dans l’ouest du pays où la violence était la plus intense. Dr. Sow, marqué par l’histoire singulière d’un enfant et son accompagnant venus d’une zone de l’ «ennemi» raconte son histoire…   

        

“Le 15 avril 2011, nous sommes arrivés à Man, à l’ouest du pays, à nouveau capables de donner un appui et un soutien techniques aux responsables des programmes qui démarraient les activités de prise en charge nutritionnelle.  La situation humanitaire était grave. Le défi fut de mettre en place un programme de pris en charge nutritionnelle  entre les différentes communautés  ethniques antagonistes vivant dans un climat de méfiance réciproque depuis plus d’une décennie. A titre indicatif, le nombre de réfugiés au Libéria voisin était estimé à 120 000 personnes. Notre intervention visait à répondre en urgence aux besoins humanitaires dans une situation volatile.      

Cartographie de la zone d’intervention pendant la crise poste électorale de 2011

Cartographie de la zone d’intervention pendant la crise poste électorale de 2011 (UNT= unité nutritionnelle thérapeutique - UNTA= unité nutritionnelle thérapeutique ambulatoire)

 

  

Ma priorité était d’assurer la prise en charge du traitement des enfants qui souffraient de la malnutrition aigüe sévère. Un tel niveau de malnutrition était souvent accompagné de complications médicales. On avait une Unité Nutritionnelle Thérapeutique destinée à ce groupe des plus vulnérables qui avait ses propres ressources humaines, encadrement, formation et matériels.     Il s’agissait également de mettre en place 12  Unités Nutritionnelles Thérapeutiques Ambulatoires, dans les structures de santé afin de prendre en charge la malnutrition aigüe sévère sans complication médicale.      

Avec presque €500.000 des fonds d’ECHO, en 6 mois on avait atteint:    
- 1345 enfants malnutris sévères traités dans les structures appuyées par ACF   
 - 5 000 enfants de 0 à 59 mois dépistés ;    
- 25 personnels soignants formés au traitement de la malnutrition aiguë ;    
- 300 agents de santé communautaires seront formés aux dépistages actifs des enfants et à la sensibilisation communautaire.      

Pendant cette longue et intense intervention, une histoire pleine d’espoir m’a vraiment ému. Au lendemain de la chute du président Gbagbo, j’ai visité une Unité Nutritionnelle Thérapeutique de Danané. Une dame âgée est arrivée avec un bébé de trois ou quatre mois en situation de Malnutrition Aigüe Sévère; déshydratation totale, dans un quasi coma, son pronostic vital était engagé. Les infirmiers du programme étaient arrivés à le réhydrater, à l’alimenter et à le sortir un peu de sa léthargie, mais il restait dramatiquement maigre, tous les os de son corps étaient saillants et sa peau fripée à l’extrême. Personne savait où, ou qui était la mère, mais la dame âgée est resté pendant toute la durée du traitement. Les infirmières ont appris qu’elle l’a trouvé  à Toulepleu , abandonné au bord de la route, pleurant. Elle n’avait ni lait maternel et ne savait pas comment le nourrir. Ayant reçu l’information de la disponibilité des soins nutritionnels par une organisation dans la région de Toulepleu, elle avait parcouru presque 100 kilomètres pour venir jusqu’à nous à Danané afin de sauver cet enfant, qu’elle considérait comme un don de Dieu. Elle l’avait appelé Dieudonné.  Ce qui m’a ému, au-delà du drame de cet enfant et du courage de cette dame, c’est qu’elle était de l’ethnie Guéré et était venue jusqu’en pays Yacouba, malgré les tensions entre les deux communautés. Elle avait dépassé sa peur. Sa simple présence à Danané dans cette période de tension, redonnait espoir en la possibilité d’une réconciliation en Côte d’Ivoire. Quand je lui ai posé la question, elle m’a répondu :  « Guéré, Yacouba, on est fatigué de tout ça, moi je veux sauver cet enfant et puis c’est tout ! je l’ai appelé Dieudonné, ce sera un grand homme ».      

Nous avons gardé Dieudonné en traitement  pendant près de trois mois et la dame est restée tout ce temps à ses côtés, se nourrissant de ce que nous fournissions pour les adultes accompagnants. Dieudonné est sorti et vit aujourd’hui à Toulepleu. Ce sont des histoires comme celle-ci qui justifient le travail que nous faisons tous les jours avec l’Union européenne.”      

Depuis la fin de l’année 2010, l’UE a versé 144 millions d’euros d’aide humanitaire au peuple ivoirien affecté par les violences post-électorales. Cette aide est ciblée vers la sécurité alimentaire, la cohésion sociale, et surtout l’accès aux services de santé primaire pour les plus vulnérables.      

Dr Sow Moussa Alfousseyni,
Coordinateur Médical et Nutritionnel pour Action Contre la Faim en Côte d’Ivoire      

Information complémentaire      

Add Comment Register

Leave a Reply